Impact de la dépigmentation sur la vision : des patientes se retrouvent avec une cataracte à 30-40 ans ou avec un glaucome cortisonique

Avoir une peau claire est le rêve de nombreuses femmes. Pour cela, certaines n’hésitent pas à recourir à des produits chimiques pour se décolorer la peau. Même si cette pratique a été longtemps décriée à cause de ses nombreuses conséquences, force est de constater qu’elle continue de faire parler d’elle au sein de la gente féminine et même masculine. Outre les conséquences sur le plan cutané et général, la dépigmentation entraine également des complications sur le plan oculaire.  Quelles sont ces complications ? Que faire face à une telle situation ? Les réponses avec notre spécialiste, le Dr Lucien Tondé médecin ophtalmologique.

Dr Lucien Tondé, médecin ophtalmologique

Quels sont les produits les plus couramment retrouvés sur le marché ?

On a 4 grands groupes :

Les corticoïdes, les phénoliques, les dérivés mercuriels et les caustiques (fabrication traditionnelle dont les utilisatrices ne connaissent pas les propriétés).

Quelles sont les complications oculaires de la dépigmentation ?

C’est surtout avec les produits à base de de corticoïdes que nous rencontrons les complications les plus fréquentes sur le plan oculaire. Les corticoïdes qui sont de puissants anti-inflammatoires ayant un grand pouvoir de dépigmentation sur la peau. Au niveau de l’œil, nous avons deux volets:

  • Les glaucomes cortisoniques, c’est-à-dire le glaucome induit par les corticoïdes : l’usage de ces produits va entrainer une augmentation de la pression intra oculaire qui va aboutir à une altération du nerf optique, d’où une réduction du champ visuel pouvant entrainer la cécité.
  • La cataracte cortisonique, c’est-à-dire la cataracte induite par les corticoïdes : ces corticoïdes vont entrainer une altération du métabolisme des fibres cristalliniennes. Toute chose qui va provoquer une baisse de la vision pouvant entrainer une cataracte totale.

Est-ce que vous recevez fréquemment des cas de ce genre ?

Nous recevons des cas de ce genre notamment pour le glaucome cortisonique encore appelé glaucome secondaire ainsi que pour la cataracte. Ce sont des patientes très jeunes à moins de 30-40 ans qui viennent et qui présentent un tableau de cataracte que nous appelons cataracte pathologique induit par ces produits. Ce qui n’est pas normal à cet âge , car la cataracte sénile liée à l’âge survient après la cinquantaine .

Quelles solutions face à une telle situation ?

  • la cataracte lorsqu’elle est gênante pour la patiente avec une baisse de l’acuité visuelle significative. Le traitement est exclusivement chirurgical .
  • Par contre pour le glaucome le traitement est à vie.

Conseils à donner aux utilisatrices de ces produits

Il faut éviter de vouloir transformer la peau que Dieu nous a donné. Mieux vaut la garder comme telle que de chercher à se décolorer parce que les conséquences ce n’est pas seulement sur le plan oculaire, mais sur le plan général.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-huit − 17 =