Prévisions saisonnières : risques élevés d’inondations dans le Sahel

Les prévisions saisonnières pour la zone soudano-sahélienne et le bassin de la Volta ont été publiées il y a quelques jours. Concernant spécifiquement le bassin de la Volta, des écoulements excédentaires sont attendus dans la partie Ouest, tandis que des écoulements déficitaires sont prévus dans la partie Est (Bénin, Burkina Faso, Togo et Ghana).

Inondations dans le Sahel près de Gorom Gorom au Burkina Faso, après de fortes pluies en avril 2017. (PHILIPPE ROY / Aurimages)

Selon les prévisions saisonnières pour la zone soudano-sahélienne et le bassin de la Volta, « en 2023, une saison des pluies globalement moyenne à humide est prévue au Sahel, avec des dates de démarrage précoces à normales, des dates de fin tardives à normales, des périodes sèches de durée moyenne dans la partie Ouest et des périodes sèches plus longues dans la partie Est. » C’est l’une des conclusions de ces prévisions.

Ces tendances ont été présentées par l’Autorité du Bassin de la Volta, qui a participé du 24 au 28 avril 2023 au forum des prévisions saisonnières agro-hydro-climatiques de la saison des pluies 2023 en Afrique soudano-sahélienne (Presass-2023) à Niamey, au Niger.

Il ressort de ces prévisions que les écoulements seront beaucoup plus importants dans les principaux bassins fluviaux du Sahel. Concernant le bassin de la Volta, des écoulements moyens à excédentaires sont prévus dans la partie Ouest, tandis que des écoulements moyens à déficitaires sont prévus dans la partie orientale du bassin (Bénin, Burkina Faso, Togo et Ghana), selon l’Autorité du Bassin de la Volta

 Des dégâts en vue

Selon les prévisions, on pourrait assister à des risques élevés d’inondations pouvant entrainer des pertes de récoltes, de biens matériels et en vies animales et humaines dans les localités exposées. Cette tendance est liée au caractère globalement pluvieux attendu notamment dans les parties Est et Centre des zones soudaniennes et sahéliennes de l’Afrique de l’Ouest et du Tchad et aux écoulements à tendance globalement excédentaire prévus dans la majorité des bassins fluviaux du Sahel.

Les experts recommandent du point de vue sanitaire de renforcer les capacités des systèmes nationaux de santé et des plateformes nationales de réduction de risques de catastrophes. Il faudra aussi sensibiliser et diffuser des informations d’alerte sur les maladies à germes climato-sensibles, en collaboration avec les services de météorologie et de santé.

Cela permettra de faire face aux risques. « Les zones humides et celles inondées peuvent être favorables au développement des germes de maladies (Cholera, malaria, dengue, bilharziose, etc.) et d’épizooties (fièvre de la vallée du Rift, etc.) », préviennent les spécialistes.

Aussi, les séquences sèches longues à moyennes attendues notamment dans certaines parties du Sahel Est pourraient occasionner une persistance de hautes températures et des vents de poussières favorables à la prolifération d’autres germes de maladies épidémiques », préviennent les spécialistes.

PRESASS-2023_Soudano-sahelienne_Bassin-Volta

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =