Sexualité : « Si vous refusez d’apporter des réponses, l’enfant va s’orienter vers d’autres personnes et ce ne sont pas toujours les bonnes » (Dr Kouma)

Parler de la sexualité à ses enfants n’est pas toujours une chose aisée pour les parents. Selon l’OMS, 12 ans serait l’âge idéal pour commencer les cours sur la sexualité. Pourquoi il est important de parler de la sexualité à son enfant ? Comment s’y prendre ? Que faire quand votre enfant vous surprend en train de faire l’amour ? Daouda Kouma, psychologue de formation et maître de conférences à l’université Joseph Ky Zerbo apporte des éclaircissements.

Doit-on parler de la sexualité à ses enfants ?

Oui, mais pas de n’importe quelle façon. Parce que si vous ne le faites pas, de façon naturelle à un certain moment de l’évolution de son enfant, il sera obligé de se poser des questions par rapport à la sexualité. Si vous refusez d’apporter des réponses, l’enfant va s’orienter vers d’autres personnes et ce ne sont pas toujours de bonnes personnes. Il faut aborder la question de la sexualité avec l’enfant, mais tenir compte de son âge.

A quel âge doit-on parler de la sexualité avec son enfant ?

A partir de 6-7 ans, car à cet âge l’enfant est en mesure de faire la part des choses.

Comment s-y prendre ?

De façon traditionnelle, il y a le tabou autour du sexe. Mais certains parents sont assez émancipés sans toutefois savoir comment s’y prendre. Ça s’apprend et il y a de petits livrets qui préparent les parents à développer cette compétence parentale. Ce n’est pas à tout moment qu’il faut parler de ces questions avec l’enfant. Il faut choisir les moments où vous retirez l’enfant pour échanger à deux. Mais il faut être honnête et franc et ne pas s’étonner des questions de l’enfant, mais trouver des réponses appropriées par rapport à ses questions.

Pour les filles même ça s’impose parce qu’à partir de la puberté, elles commencent à observer des choses : les menstrues, le développement des seins. Il faut que les parents commencent à sensibiliser l’enfant sur les maladies sexuellement transmissibles, les précautions à prendre, les grossesses non désirées avant cette période pubertaire.

Pour les garçons, il faut le faire quand il s’approche de l’adolescence. En ce moment il a tendance à s’affirmer, à se considérer grand. Le père peut sortir avec son fils hors du cadre familial pour lui poser des questions sur sa vie, s’il a une amie et tout et le sensibiliser. Quand ses camarades vont l’interpeller, il va se rappeler des conseils de son père et éviter de faire des bavures. Il faut une relation de confiance et une communication franche sur les activités sexuelles pour que ce ne soit pas un tabou.

Que faire quand votre enfant vous surprend en train de faire l’amour ?

Quand cela arrive, il ne faut pas se scandaliser. Vous pouvez lui expliquer calmement que papa et maman se font des câlins et quand il/elle va grandir, il/elle va faire pareil avec sa femme ou son mari. Il faut banaliser et non l’intimider parce que quand l’enfant est traumatisé, ça peut le pousser précocement à aller découvrir pour voir ce qui se cache.

Les enfants aiment quand on leur prend en responsable. En ce moment, quand vous leur parlez, ça reste. Mais quand vous leur parlez de façon autoritaire, de façon intimidante, ça les traumatise et ils deviennent violents et veut outrepasser vos conseils. Mais quand vous leur parlez de façon bienveillante, posée, responsable, ça permet à l’enfant de ne pas tomber dans la perversion.

Si l’éducation se passe de façon décontractée, les enfants assimilent et adhèrent. Mais quand ça se fait de façon directive, autoritaire, ils écoutent et rejettent après. Le style de communication est importante. 

Madina Belemviré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

treize + six =