Alopécie : “Il faut toujours consulter le spécialiste car elle peut constituer le symptôme dune autre affection”, dixit Dr Ouédraogo

Définie comme une raréfaction ou une disparition des cheveux, l’alopécie est une pathologie qui touche les follicules pileux. Elle peut concerner les cheveux, les cils, les sourcils et les poils du corps. En fonction de la cause, l’alopécie peut survenir à tout âge, chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte. Quelles peuvent être les causes? Comment elle se manifeste ? Quand est-ce qu’il faut s’inquiéter ? Pour répondre à ces questions, Bulletin santé a échangé avec le Dr P.Angèle Bienvenue OUEDRAOGO/ OUANGRE, médecin dermatologue vénérologue au CHU Yalgado OUEDRAOGO.

Description du follicule pileux

Le follicule pileux est la cavité dans laquelle le poil prend sa naissance. Une structure particulière de la peau qui produit le poil en assemblant des cellules produites dans le follicule par kératinisation.

Sur le plan physiologique, le follicule pileux a une croissance cyclique en trois phases :

– Une phase de croissance (phase anagène) à raison de 0,3 mm/jour pendant 3 à 6 ans, déterminant la longueur du cheveu ;
– Une phase d’involution ou phase d’arrêt ou de croissance des cheveux (catagène) qui dure 3 semaines ;
– Une phase de repos et de chute (télogène) qui va de 2 à 6 mois avec préparation d’un nouveau cheveu dans le nouveau cycle.

Chez l’homme, après la naissance, ces phases ne sont pas synchronisées. Il existe donc une chute constante de cheveux et de poils avec un renouvellement continu.

La perte physiologique journalière de cheveux a été estimée de 30 à 100, bien que certaines personnes perdent plus de cheveux sans développer une calvitie.

Quels sont les facteurs influents sur le cycle pilaire ?

Le cycle pilaire peut subir des variations à cause de différents facteurs :

– Les facteurs exogènes:  les saisons, les médicaments,  l’alimentation. La croissance des cheveux est favorisée par certaines molécules telles que le soufre indispensable pour la synthèse des acides aminés soufrés, certaines vitamines comme la vitamine B6 (pyridoxine), la vitamine B5 (acide pantothénique), la vitamine C, et la vitamine B8. Certains acides gras polyinsaturés vont réduire l’action néfaste de la 5α réductase sur le cycle pilaire. C’est le cas pour les acides linoléique et linolénique.
– Les facteurs génétiques,
– Les facteurs hormonaux que sont les androgènes, les œstrogènes et les hormones thyroïdiennes,

– Les facteurs psychologiques.

Quelles sont les causes de l’alopécie ?

L’alopécie est un groupe de maladie avec de multiples étiologies :

Les alopécies non cicatricielles
Elles sont induites par inhibition transitoire du cycle pilaire. Ces chutes de cheveux sont au commencement, réversibles et ont de grandes chances de le rester si la prise en charge du patient est effectuée précocement.

Elles peuvent être :

. Circonscrites
*Pelade (réaction auto-immune maintenant ou entrainant les follicules pileux en phase catagène),

Pelade chez l’homme

*Alopécie androgénétique
Trichotillomanie (trouble compulsif où le patient effectue un arrachage répétitif de ses cheveux,

Alopécie androgénétique

*Traumatisme prolongé ou traction, liées aux habitudes de coiffage (chignons ou tresses avec ou extension capillaires trop serrées) ou des brushing très fréquents,

Alopécie de traction

*Syphilis (alopécie en clairière),

*Inflammation.

.Ou diffuses :
*Effluvium télogène : chute de cheveux brusque et importante en phase de repos ,
* Effluvium anagène dystrophique : chute de cheveux brusque et importante en phase de croissance liée à un trouble du développement du poil.

– Les alopécies cicatricielles

Il s’agit d’une alopécie par destruction définitive du follicule pileux. Dans ce type d’alopécie, le follicule étant détruit de manière irréversible, la chute du cheveu observée est définitive.

.Alopécies cicatricielles inflammatoires
.Alopécies cicatricielles pustuleuses,
.Alopécies cicatricielles non inflammatoires.

Comment se manifeste l’alopécie ?

L’alopécie se manifeste par des plaques alopéciques. Les principaux symptômes pouvant orienter vers la recherche d’une alopécie sont :

– Les cheveux ternes,
– Les pellicules nombreuses,
– La démangeaison du cuir chevelu,
– Les cheveux gras (excès de sébum),
– Les racines capillaires douloureuses,
– Quand vous constatez une chute importante des cheveux.

Quand est-ce qu’il faut s’inquiéter ?

Une chute anormale de cheveux ou de poils constatée quelque soit le degré d’atteinte, doit faire l’objet d’une consultation médicale. Il faut toujours consulter le spécialiste qui pourra après examen vous rassurer, car l’alopécie peut constituer un effet secondaire ou un symptôme d’une autre affection.

Quels sont les traitements proposés ?

Le traitement est fonction de la cause et comprend :

Les mesures d’hygiène et de diététique

Hygiène capillaire et alimentaire

. Eviter les tresses, les brushings, les crêpages, les défrisants et teintures qui fragilisent les cheveux,
. Utiliser un shampoing doux,
. Assurer des lavages quotidiens en cas de cheveux gras,
. Avoir une bonne hygiène alimentaire.

– La vitaminothérapie (elle consiste en une supplémentation en vitamines en cas de carences ne pouvant plus être couvertes uniquement par l’alimentation), acides aminés soufrés, oligo- éléments.

– Le traitement médical : en fonction de la cause (inflammatoire, infectieuse, auto immune),
L’hormonothérapie : traitement médicamenteux à base dhormone,
– La chirurgie capillaire : auto-greffes, reduction tonsurale, lambeaux de transposition,
– Des prothèses capillaires (perruques, postiches), implants synthétiques
Soutien psychologique.

Source photos: Service de dermatologie CHU YO.

Madina Belemviré

2 Comments on "Alopécie : “Il faut toujours consulter le spécialiste car elle peut constituer le symptôme dune autre affection”, dixit Dr Ouédraogo"

  1. Svp j’ai besoin d’aide .pour mon fils

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


dix-huit − 9 =