Cancer du col de l’utérus: « Moins de 10% des femmes se présentent dans les différents Centres de santé pour se faire dépister » (Pr Nayi Zongo)

Malgré les efforts entrepris par le gouvernement du Burkina ainsi que la Coalition burkinabè de lutte contre le cancer (COBUCAN) pour lutter contre le cancer du col de l’utérus, moins de 10% des femmes se présentent dans les différents Centres de santé pour se faire dépister. C’est ce qui a emmené la COBUCAN a rencontré jeudi, les hommes de média. Laquelle rencontre intervient dans le cadre de la célébration de l’an II de la stratégie mondiale en vue d’accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique.

Le cancer du col de l’utérus est l’un des cancers les plus fréquents chez la femme. Il est aussi le cancer le plus létal. Au point où un décès est enregistré toutes les 2 minutes dans le monde. Selon Mme Mariam Nonguierma, sage-femme et membre de l’Association burkinabè des sage-femmes, le cancer du col de l’utérus est si létal que peu de femmes parviennent à vivre plus de cinq ans lorsqu’il s’installe. Cela prouve toute la dangerosité et la nuisibilité de ce mal.

Pourtant, c’est le cancer le mieux compris par la médecine et qui peut même être évité. De l’avis du Pr Zongo, les différentes associations ainsi que le Ministère de la Santé sont engagés dans la lutte contre ce cancer.

Cet engagement se manifeste à travers trois actions à savoir la vaccination contre le HPV administrée gratuitement et à titre préventif aux jeunes filles dont l’âge est compris entre 9 et 14 ans et n’ayant pas eu de contact sexuel. Le dépistage des lésions précancéreuses qui concerne les femmes ayant déjà eu un contact sexuel et leur traitement et enfin l’accès équitable des soins à toutes les femmes porteuses de cancer du col de l’utérus.

Malgré tous ces efforts, moins de 10 % des femmes se présentent dans les structures de santé selon le Pr Zongo. « Des moyens existent dans les hôpitaux pour contrer ce cancer, mais les bénéficiaires ne viennent pas les chercher » a-t-il ajouté. Cela freine les actions et donne plus de force à la maladie. C’est pourquoi il a appelé l’ensemble des femmes à se faire dépister et à faire vacciner les jeunes filles dont l’âge est compris entre 9 et 14 ans n’ayant pas eu de contact sexuel pour le vaincre.

Le cancer du col de l’utérus, il faut le rappeler, est provoqué par un virus appelé Human Papilloma Virus (HPV). C’est à travers les rapports sexuels que ce virus est transmis à la femme. Cependant, il faut noter que ce n’est pas le virus qui engendre directement la maladie, mais plutôt les modifications que ce dernier cause dans le corps de la femme.

En effet, le HPV provoque des modifications dans le col de l’utérus. Ces modifications vont se tenir sur une durée comprise entre 10 et 15 ans avant de provoquer le cancer du col de l’utérus. Il y a donc « assez de temps pour bloquer ce processus pour qu’aucune femme ne meurt du cancer du col de l’utérus » a affirmé le Pr Nayi Zongo, président de la COBUCAN.

Rachid SOW

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =