Élimination de la transmission mère-enfant du VIH en Afrique de l’Ouest et du Centre: les défis persistent

Le vendredi 14 juin 2024, le Réseau des médias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement ( REMAPSEN) a organisé un webinaire intitulé « Élimination de la transmission mère-enfant du VIH en Afrique de l’Ouest et du Centre : et si on en parlait ? ». Ce webinaire, animé par Dr. Fodé Simanga, Directeur de la science, des services et des systèmes pour tous au siège de L’ONUSIDA à Genève, et le Directeur pays de l’ONUSIDA au Bénin et au Togo, a mis en lumière les défis persistants dans la région.

Dr Fodé Simaga,Directeur de la science, des services et des systèmes pour tous au siège de L’ONUSIDA à Genève

Dr Fodé Simanga a souligné que la situation de l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH reste préoccupante en Afrique de l’Ouest et du Centre. En effet, ces régions comptent pour 50% des femmes enceintes qui ne sont pas sous traitement antirétroviral (ARV). La couverture ARV des enfants est de 52% dans le monde, 37% en Afrique globalement, et seulement 27% en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Ainsi, seulement un enfant sur quatre est traité par les ARV dans ces régions, contribuant à 40% des nouvelles infections chez les enfants, soit environ 51 000 sur un total de 130 000.

Les raisons de cette situation sont multiples. Dr Simanga a expliqué que ppour depister les femmes enceintes, il faut d’abord les identifier et les sensibiliser, ce qui reste un défi majeur. De plus, le dépistage obligatoire n’est pas éthique et nécessite le consentement des personnes concernées.

Lire notre article sur les défis de l’allaitement maternel chez les mères séropositives

https://www.bulletinsante.net/allaitement-maternel-les-defis-chez-les-meres-seropositives/

Pour avancer, il est necessaire pour le  Directeur de la science, des services et des systèmes pour tous au siège de L’ONUSIDA à Genève, que les sociétés civiles jouent un rôle actif en appuyant des initiatives comme le porte-à-porte pour proposer des tests aux femmes enceintes, y compris l’autotest. Il a donc tiré la sonnette d’alarme afin qu’on  puisse renforcer les efforts dans cette région. C’est dans ce contexte que l’ONUSIDA a créé l’Alliance pour mettre fin au sida pédiatrique, incluant douze pays dont quatre de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, représentant environ 70% de l’insuffisance de traitement des enfants.

Les défis pour atteindre les objectifs de 2030 sont nombreux. Il est essentiel de l’avis de Dr Fodé Simanga, d’identifier et de sensibiliser les femmes enceintes, de les tester ou de leur proposer l’autotest. La mobilisation des leaders coutumiers et religieux est également primordiale. Techniquement, les traitements existent et sont efficaces, mais il est nécessaire de renforcer les systèmes de données, qui restent déficients dans la région. Dr. Simanga a insisté sur le fait qu’il est possible de prévenir la transmission mère-enfant du VIH à 100% avec des traitements efficaces, mais cela nécessite une volonté politique renouvelée et des campagnes de sensibilisation modernes.

Madina BELEMVIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + vingt =