Enfants qui font pipi au lit : Comprendre les raisons

Dans cette entrevue exclusive avec le Dr. Mohamed Simporé, chirurgien urologue andrologue au CHU Sourô Sanou de Bobo-Dioulasso, nous explorons en détail l’énurésie, communément appelée « le pipi au lit ». Le Dr Simporé nous guide à travers les causes de ce trouble de la miction, les signes à reconnaître, les facteurs de prédisposition, et l’âge auquel il peut affecter les enfants. Une discussion informative sur un sujet sensible qui apporte un éclairage précieux pour les parents et les soignants.

L’énurésie, qu’est-ce que c’est ?

L’énurésie communément appelée « le pipi au lit » est un trouble de la miction qui se caractérise par une vidange involontaire de la vessie survenant exclusivement pendant le sommeil chez les enfants d’au moins 5 ans. En terme plus simple, c’est une perte d’urines non contrôlée chez certains enfants durant le sommeil la nuit d’où le terme exact d’Enurésie nocturne monosymptomatique. Elle peut être primaire si l’enfant n’a jamais eu de continence durant le sommeil pendant plus de 6 mois ou secondaire où après une période de contrôle de plus de 6 mois, les incontinences réapparaissent pendant le sommeil.

Quelles peuvent être les causes ?

Actuellement les relations de cause à effet dans la survenue de l’énuresie ne sont pas encore très claires. Cependant, il a été mis en évidence que son origine était multifactorielle. Ces facteurs étiologiques sont :

-L’hérédité : la génétique a une forte influence sur cette pathologie et plusieurs études ont mis en évidence que 77% des enfants souffrent d’énurésie si les 2 parents ont des antécédents et 44% pour les enfants dont un seul des parents a des antécédents contre 15% si aucun des parents n’a eu de problème d’énurésie.

La perturbation de la sécrétion de la Vasopressine

En situation normale, la vasopressine, hormone antidiurétique naturelle, favorise la réabsorption d’eau au niveau rénal et diminue ainsi le volume d’urine produit. En lien avec le rythme circadien qui est notre horloge interne, cette hormone est libérée en plus grande quantité la nuit et réduit alors de moitié la quantité d’urine produite par rapport au jour permettant ainsi de dormir une nuit complète et d’éviter de se rendre aux toilettes. Chez l’enfant énurétique, la production de cette hormone peut être en partie perturbée entrainant une production d’urine nocturne anormalement élevée appelée Polyurie nocturne.

Facteurs psychologiques

Il n’y a pas de profil psychologique type d’un enfant énurétique, on considère plutôt les facteurs psychologiques comme étant une conséquence de l’énurésie et non pas une cause. En effet, pour l’enfant faire pipi au lit implique un certain nombre d’éléments désagréables non négligeables. Pour commencer, le regard que les autres portent sur lui peut être difficile à vivre. Il peut se sentir humilié au sein de sa famille ou de ses camarades. Ensuite, l’enfant peut aussi s’exclure socialement en ne voulant pas aller dormir ailleurs qu’à la maison ou en refusant des activités qui nécessitent une nuit à l’extérieur de l’environnement familial. C’est en souffrant d’énurésie que l’enfant développe ces comportements problématiques mais ce ne sont pas eux qui conduisent au trouble. En revanche, des facteurs de stress psychologiques peuvent influencer la pathologie sans la provoquer

L’Hyperactivité nocturne du détrusor

Elle est liée à une immaturité physiologique de la vessie et se manifeste par une contraction anormale du muscle vésical appelé Détrusor au cours de la nuit pouvant conduire à un relâchement involontaire du sphincter urétral et donc à une miction involontaire

On peut également citer un retard de maturation du système nerveux central notamment les régions cérébrales impliquées dans la miction et les troubles de la qualité du sommeil de même que l’apnée du sommeil

Comment reconnaître les signes ?

La reconnaissance des signes est généralement aisée. Le fait de continuer à perdre les urines au cours de la nuit au-delà d’un certain âge constitue le principal motif de consultation qui pousse les parents à amener l’enfant. Cependant il faudra mener un bon interrogatoire et un bon examen clinique afin de confirmer le diagnostic en éliminant les autres causes de fuites urinaires chez l’enfant.

Qui est concerné ? (âge)

Partant du principe que le processus d’acquisition de la propreté est achevé à l’âge de 5 ans c’est-à-dire que l’enfant est capable de gérer, retarder voire annuler sa miction, on peut donc dire que tout sujet au-delà de cet âge présentant le tableau décrit est concerné.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 12 =