Investir dans la vaccination : un impératif pour la santé et le développement en Afrique

Lors du Webinaire mensuel du Reseau des médias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement (REMAPSEN) le mercredi 17 avril 2024 placé sous le thème, sous le thème évocateur du « Cinquantenaire du Programme Élargi de Vaccination : Succès, Défis et Perspectives pour la Vaccination des Enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre« ,  le Dr Célestin Traoré, conseiller régional de l’UNICEF pour la vaccination en Afrique de l’Ouest et du Centre, a souligné l’importance de l’investissement dans la vaccination pour la santé publique et le développement socio-économique de la région.

Pour le Dr Célestin Traoré, certains pays affichent des taux de couverture vaccinale de plus de 90%, démontrant que des progrès significatifs sont possibles

Un vaccin est une arme précieuse dans la lutte contre les maladies infectieuses. Il stimule les défenses naturelles du corps humain, offrant une protection essentielle contre les agents pathogènes.

Selon le Dr Célestin Traoré, l’efficacité des vaccins réside dans leur capacité à prévenir la propagation des maladies et à réduire considérablement le nombre de cas et de décès.  Il existe, argumente-t-il, actuellement environ vingt vaccins disponibles, couvrant une gamme variée de maladies telles que la tuberculose, la fièvre jaune, la coqueluche, la diphtérie, la méningite et même les maladies émergentes telles que la fièvre jaune, le paludisme et la Covid-19.

Outre les avantages directs pour la santé, la vaccination présente également des retombées économiques et sociales significatives. « Lorsqu’un enfant est vacciné et protégé contre les maladies, il peut poursuivre son éducation sans interruption, ce qui représente une économie de temps et de ressources pour les ménages« , a assuré le Dr Traoré. Aussi, soutient-il, « les économistes estiment qu’un dollar investi dans la vaccination se traduit par un retour sur investissement de 48 dollars, ce qui en fait l’une des interventions les plus rentables en matière d’entrepreneuriat ».

Cependant, malgré les avantages évidents de la vaccination, l’Afrique est confrontée à des défis persistants en matière de couverture vaccinale. Les données révèlent que la couverture vaccinale stagne autour de 69%, bien en deçà des taux mondiaux et continentaux de 84% et 74% respectivement. Cette stagnation est attribuée en partie à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les systèmes de santé et de vaccination.

Pourtant, des raisons d’espérer subsistent de l’avis du conseiller régional de l’UNICEF pour la vaccination en Afrique de l’Ouest et du Centre. Certains pays affichent des taux de couverture vaccinale de plus de 90%, démontrant que des progrès significatifs sont possibles. Cependant, un effort concerté au niveau régional est nécessaire pour améliorer la couverture vaccinale et réaliser pleinement les avantages de la vaccination pour la santé et le développement économique de l’Afrique.

En somme, la vaccination reste un pilier essentiel de la santé publique et du développement en Afrique. En investissant dans la vaccination, les pays peuvent non seulement protéger la santé de leur population, mais aussi stimuler la croissance économique et sociale à long terme.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − treize =