Spécial 8 mars :  » Je suis une femme, je trébuche, je tombe et je me relève », dixit Pr Lougué

Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho, médecin radiologue

Professeure Léonie Claudine Lougué/Sorgho est médecin radiologue et Pr titulaire à l’université Joseph Ki Zerbo. Elle a été Cheffe de service de l’Office de santé des travailleurs (OST, cheffe de service adjoint dans le service d’imagerie du CHU Yalgado Ouédraogo avant d’être cheffe de service à la pédiatrie Charles de Gaulle. Directrice de la prospection hospitalo universitaire et de la coopération, elle a été ensuite nommée ministre de la santé de 2019 à 2020. A la faveur de la célébration du 8 mars 2021, Bulletin santé s’est intéressé à cette femme battante passionnée de la radiologie.

Première femme doyenne de la faculté de médecine au Burkina Faso, Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho est passionnée par la radiologie. Médecin radiologue de formation, elle a toujours eu une vision bien claire de ce qu’elle veut : être un bon médecin pour ses patients et assurer la relève en formant de nombreux et compétents successeurs. Ce défi, Pr Lougué a réussi à le relever malgré les difficultés qui se sont présentées. Ainsi, elle a toujours surmonté les difficultés pour atteindre son but. « Je suis une femme, je trébuche, je tombe et je me relève. Tomber c’est normal, c’est humain, mais il faut savoir se relever et ne pas considérer le comportement des autres comme un facteur pouvant vous empêcher d’avancer. Il faut plutôt essayer de les comprendre  », a-t-elle dit.


Tout en reconnaissant que c’est son abnégation au travail qui l’a conduit à sa situation sociale et professionnelle aujourd’hui, Pr Lougué a rappelé qu’elle doit aussi sa réussite à la grande ouverture de son mari qui l’a toujours accompagné dans tous ses projets. Il lui a laissé la liberté de s’épanouir professionnellement.« Je travaille et je rentre tard, mais il n’y a jamais eu une question de jalousie entre nous. Il m’a aussi laissé partir étudier à Abidjan quand bien même ses amis le lui déconseillaient », a-t-elle confié. Mais toute confiance se construit et se mérite selon l’ex ministre de la santé : « Quand un homme a confiance en toi, il va te laisser faire tout ce que tu veux car tout est basé sur la confiance ».


Se prononçant sur la commémoration de la journée mondiale de la femme, Pr Lougué pense que ce n’est pas une journée de libertinage comme d’aucuns le croient. De son avis, c’est une journée de réflexion où chaque femme doit se demander ce qu’elle a fait pour la Nation en tant que femme, ce qu’elle a fait pour le bonheur de sa famille. Les femmes qui se sont battues l’ont fait pour avoir la liberté de penser et d’action y compris sur le plan économique. « Nous devons donc en tant que femmes instruites, perpétuer cela en amenant les femmes à devenir autonomes », a-t-elle recommandé.


Il faut rappeler que c’est le soucis d’aider l’autre qui a conduit Pr Lougué à faire la médecine. Ayant assisté depuis la classe de CM1 son père malade grabataire, Pr Lougué a décidé de faire de la médecine non seulement pour comprendre quelle était la maladie de son père et aussi pour aider les autres.
Mais après la médecine générale, elle verra son rêve de faire la pneumologie tomber à l’eau car étant incomprise par les autorités sanitaires du moment qui se demandaient comment une jeune femme pourrait supporter les exigences de cette spécialité qui traite des malades en souffrance. S’étant vu refuser la bourse, elle a donc opté de faire la radiologie à Abidjan avec pour volonté de se spécialiser en imagerie et en radiologie thoracique.


Aujourd’hui Professeure titulaire, elle a, au cours de sa carrière d’enseignant-chercheur, animé la vie universitaire en ayant été responsable de la cellule pédagogique pour former les jeunes enseignants. Responsable adjointe d’une revue scientifique, elle est titulaire de la chaire UNESCO « Genre, Femme, Sciences, Société et Développement Durable ».


Madina Belemviréy
www.bulletinsante.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 × cinq =