Cardiopathie congénitale : le coût moyen d’une intervention chirurgicale est environ 21 millions de FCFA chez un seul patient

Dr Georges Kinda, cardio-pédiatre,

Au CHU pédiatrique Charles de Gaulle, environ 110 cardiopathies congénitales sont diagnostiquées par an. Seulement 10% des enfants bénéficient de la chirurgie cardiaque alors que 20 enfants ont besoin d’être opérés par mois. Tout savoir sur la prise en charge des cardiopathies congénitales et les difficultés rencontrées avec le Dr Georges Kinda, cardio-pédiatre, enseignant à l’UFR-FDS et maître assistant hospitalo universitaire pour en savoir davantage sur cette maladie

 Traitement et prévention

_ Il n’y a pas de Traitement médical curatif d’une cardiopathie congénitale. L’adage qui dit que le médecin sans son chirurgien est orphelin est encore plus vrai en ce qui concerne les cardiopathies congénitales.
Néanmoins la prise en charge commence au niveau médical :
-  L’hygiène de l’enfant ;
-  La nutrition de l’enfant ;
-  Le traitement précoce des infections intercurrentes ;
-  Le traitement des décompensations cardiaques ;
-  La formation scolaire peut être normale ou spécialisée et adoptée en fonction du handicap (débilité mentale, syndrome polymalformatif, fonctionnel) de l’enfant ;
-  L’orientation professionnelle (vers une profession sédentaire ou pas) est fonction de la tolérance fonctionnelle de la cardiopathie ;
-  Ne dispenser d’activité physique que dans certains cas particuliers à savoir, les enfants cyanosés ou insuffisants cardiaques, le rétrécissement aortique, les troubles du rythme ou de la conduction …


 Combien d’enfants ont été opérés à ce jour ?
Depuis 2010 jusqu’à maintenant, environ 160 enfants ont bénéficié d’une chirurgie cardiaque d’une cardiopathie congénitale.


 Quelles sont les difficultés rencontrées dans la prise en charge ?

-  La non disponibilité des formes pédiatriques d’autres molécules telles prostaglandine E1 (prostine),
-  La non disponibilité des formes pédiatriques d’autres molécules (amiodarone, bêtabloquants, IEC/ARAII)…
-  L’intervention chirurgicale : ceux qui sont opérés sont une goutte d’eau par rapport à ceux qui sont en attente. Environ 10% des enfants sont opérés. Mais il y a des cardiopathies complexes chez l’enfant qui ne peuvent être opérées. Si vous avez par exemple un seul ventricule, c’est difficile d’opérer. A moins de remplacer tout le cœur, mais là aussi c’est difficile de trouver des donneurs et nous n’avons pas encore cette technique. Dans ces conditions, on fait des palliations.


 Le traitement est-il accessible ?
Le coût moyen d’une intervention chirurgicale est environ 21 millions de FCFA chez un seul patient en dépenses nettes en moyenne quand il s’agit d’aller en Europe. Jusqu’à présent nous avons environ 120 enfants et il faut environ 200 millions par an pour opérer une dizaine d’enfants, soit un enfant par mois. Alors que nous avons besoin d’opérer 20 enfants par mois. Ces enfants sont pris en charge par des structures d’aide à l’enfant. Heureusement qu’il y a la chirurgie cardiaque qui est en train de se mettre en place au CHU de Tengandogo. Mais dans tous les cas il faut un financement de cette chirurgie sinon ça va s’arrêter.


Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × trois =