Dengue au Burkina Faso : Clarification sur le traitement et les soins

Le Directeur technique du Centre de opérations de réponse aux urgences sanitaires (CORUS), le Dr Joseph Soubeiga a apporté mercredi, des éclaircissements sur la prise en charge de la dengue, contredisant l’idée répandue selon laquelle il n’y aurait pas de traitement pour cette infection virale. Malgré l’absence d’un traitement ciblant le virus, le Dr Soubeiga a souligné l’importance des soins prodigués dans les centres de santé pour éviter les complications graves. C’était mercredi au cours d’une rencontre de debriefing avec les journalistes.

Dr Joseph Soubeiga, Directeur technique CORUS

La dengue, une infection virale transmise par les piqûres de moustiques infectés, a engendré 109 908 cas suspects au Burkina Faso depuis le début de l’épidémie jusqu’au dimanche 12 novembre 2023, avec 49 808 cas probables et 511 décès.

Le Directeur technique du CORUS s’exprimant sur la perception erronée selon laquelle il n’existerait aucun traitement contre la dengue, a noté que les soins dispensés dans les centres de santé jouent un rôle crucial dans la prévention des complications.

Alors que l’automédication gagne du terrain, le Dr Soubeiga insiste sur l’importance des conseils prodigués dès la détection de la maladie, considérée comme une forme de traitement précoce.

Les soins symptomatiques administrés dans les centres de santé contribuent à prévenir les complications souvent associées aux décès dus à la dengue.

Le message clé du Dr Soubeiga est de dissiper la confusion entre l’absence d’un traitement direct contre le virus et l’efficacité des soins prodigués pour contrôler et prévenir les conséquences graves de la dengue. Une compréhension précise est essentielle pour guider la population dans la gestion de cette maladie virale.

Concernant l’automédication, le Dr Soubeiga note que la majorité des cas dans les centres de santé sont des cas graves. Beaucoup rencontrent des complications liées soit à l’automédication, soit à la phytothérapie, que les gens consomment de manière excessive. Cela entraîne des problèmes de complication au niveau rénal et hépatique, avec un nombre important de patients hospitalisés, dont malheureusement certains décèdent.

Madina Belemviré 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 − un =