Le fibrome du sein: une maladie bénigne et fréquente chez la jeune femme

Naturellement une femme est angoissée ou stressée lorsqu’on lui annonce la présence d’une boule dans le sein. Triste, elle suppose déjà un cancer du sein avec pas mal d’interrogations. Ce qui n’est pas toujours le cas. Il peut s’agir d’un fibrome du sein encore appelé adénofibrome ou fibroadénome, qui est une tumeur bénigne du sein très fréquente chez la jeune femme. Il est suspecté à l’examen physique du sein et confirmé par des examens complémentaires. Les femmes dont l’âge est compris entre 20 et 35 ans sont les plus touchées par le fibrome du sein. Il n’est pas méchant le plus souvent mais nécessite une surveillance. 

Le sein, organe pair est composé d’une glande mammaire, de fibres de soutien et de graisses. Le tout recouvert par la peau.

Le fibrome du sein ou adénofibrome ou encore fibroadénome est une tumeur bénigne, composée de tissus fibreux et glandulaires qui se développent à partir de la glande mammaire. On dit simplement tumeur bénigne du sein ou tumeur non cancéreuse du sein.

Près de 95% des tumeurs bénignes de la jeune femme sont des adénofibromes et sont plus fréquentes chez les femmes noires.

Dire qu’un fibrome est bénin, signifie qu’il n’est jamais un cancer.

Dans le cas de l’adénofibrome, un nodule apparaît dans le sein et son évolution est difficilement prévisible. Le nodule est une grosseur anormale qui peut se développer à la surface d’un tissu ou d’un organe. Pour le fibrome du sein, il finit par se stabiliser ou même régresser si sa taille atteint 2 à 3 cm de diamètre. Il existe cependant des fibromes du sein géants pouvant mesurer jusqu’à 10 ou 15 cm.

Le fibrome du sein ne présente pas de gravité habituellement mais nécessite une surveillance. Rarement, il est associé à un cancer du sein.

Une femme peut avoir un ou plusieurs nodules avec des atteintes bilatérales.

Quelles sont les causes?

Les causes de l’adénofibrome ou fibrome du sein sont méconnues mais son développement peut être lié au cycle reproducteur de la femme et sous l’influence des hormones. Le fibrome du sein apparaît essentiellement chez la femme en âge de procréer. Il peut se développer aussi pendant la grossesse. A la ménopause, il a tendance à régresser.

Si on peut suspecter un fibrome du sein à la palpation notifiant une petite boule mobile, ou lors d’une toilette, le diagnostic se confirme par une mamographie, une échographie mammaire, un examen histologique ou une biopsie.

A sa découverte, on observe une tuméfaction (gonflement) souvent unique, bien limitée, lisse, une taille qui varie de 1 à 5 cm, pas de déformation, pas de chaleur du sein ou d’écoulement du mamelon, ni de ganglions au niveau des aisselles.

Le fibrome du sein est indolore et sans bruit dans la plupart des cas. Lorsqu’il fait parler de lui, la femme ressent des douleurs et des tensions dans le sein. Une boule gênante qui a un impact esthétique chez la femme, quand on sait que les femmes en général sont critiques sur l’apparence de leurs seins. La taille de l’adénofibrome du sein peut varier sous l’effet des hormones féminines, qui peuvent provoquer une sorte d’œdème dans les seins et faire grossir le fibrome ou modifier le sein.

Le risque qu’un adénofibrome du sein dégénère en cancer est faible. Dans la majorité des cas, il se stabilise, régresse ou se calcifie à la ménopause.

Quels sont les traitements proposés ?

Le traitement est fonction de l’évolution du fibrome. Le fibrome peut diminuer et disparaître tout seul comme il peut perdurer. Le traitement peut consister simplement à une surveillance clinique ou échographique de façon périodique. Un traitement chirurgical est envisagé lorsque le spécialiste juge nécessaire. Quand le fibrome grossit, est douloureux et déforme le sein, il faut l’enlever.

En général, un fibrome enlevé ne revient pas, sauf dans un cas de polyadénofibromatose (lorsque tous les deux seins ont eu des fibromes) où la femme peut à nouveau développer un ou plusieurs nodules.

Des Conseils à l’endroit des populations ?

– La palpation régulière des seins est encouragée pour détecter des grosseurs qui peuvent sembler suspectes. L’auto palpation mammaire une fois par mois après les règles est recommandée.

-La pratique du sport est conseillée.

-Le maintien d’un poids santé est essentiel.

Pr Charlemagne Ouédraogo, Gynécologue Obstétricien 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

treize + 14 =