Période de chaleur: Les personnes âgées devraient consommer en moyenne au moins 4 litres d’eau par jour (Dr Sylvain Ouédraogo)

Depuis fin février, le Burkina Faso subit une canicule précoce et intense, mettant en danger particulièrement les personnes les plus vulnérables, notamment les personnes âgées. Dr P. Sylvain Ouédraogo, médecin gériatre, tire la sonnette d’alarme sur les risques encourus par cette population lors de ces périodes de chaleur extrême.

Dr Louis Sylvain Peng-Wendé Ouédraogo, médecin gériatre et gérontologue

« Les personnes âgées sont les premières victimes de la canicule« , déclare-t-il. « Leur capacité à réguler la température corporelle diminue avec l’âge, les rendant particulièrement sensibles aux coups de chaleur et à la déshydratation. »

La canicule, phénomène de plus en plus fréquent dans la région en raison du réchauffement climatique, entraîne des conséquences graves pour la santé des personnes âgées. « Lorsqu’il fait extrêmement chaud, les personnes âgées risquent la déshydratation, la fièvre, et même le malaise« , explique le Dr Ouédraogo. « Il est important de prendre des mesures préventives pour éviter ces complications. »

La prévention, souligne-t-il, est essentielle dans la prise en charge de ces situations d’urgence. « Il faut maintenir les personnes âgées dans un environnement frais autant que possible, leur offrir régulièrement de l’eau à boire car les personnes âgées ne ressentent pas toujours la soif. En moyenne, elles devraient consommer au moins 4 litres d’eau par jour, « conseille-t-il.

Le spécialiste des personnes âgées insiste également sur l’importance de ne pas laisser les personnes âgées seules pendant les périodes de canicule. « En cas de malaise, il est vital qu’elles puissent rapidement obtenir de l’aide médicale« , prévient-il.  »

Concernant les statistiques, Dr Ouédraogo constate un nombre croissant de décès à domicile ou sur le chemin de l’hôpital. La situation est inquiétante et les chiffres officiels du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, qui seront bientôt publiés, devraient confirmer l’ampleur du problème. En attendant, le Dr Ouédraogo appelle à la vigilance et à la solidarité envers les populations les plus vulnérables face aux aléas climatiques.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − six =