Grossesse: l’alcool est l’une des causes de handicap mental chez le futur bébé (Pr Charlemagne Ouédraogo)

Quand une femme est enceinte, il y a un mode d’alimentation et une hygiène de vie à adopter. L’alcool spécifiquement est un mauvais »associé » pendant la grossesse et l’allaitement. L’un des graves problèmes pouvant survenir de la consommation d’alcool par la mère est le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale. Si une journée spéciale a été consacrée à cette maladie, célébrée chaque 9 septembre, c’est qu’il en vaut la peine d’en parler. Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale est un syndrome irréversible, une maladie incurable. Il n’y a que la prévention : zéro alcool pendant la grossesse et c’est une nécessité !

La consommation d’alcool pendant la grossesse est très dangereuse. Dès le début de la grossesse, l’alcool est à proscrire, même une faible quantité est nuisible. Avec la consommation d’alcool, va s’installer le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale, un problème très grave du développement du cerveau de bébé. Il s’agit de répercussions physiques, cognitives et comportementales, un ensemble de malformations qui découlent de l’exposition à l’alcool du fœtus pendant la grossesse.
L’alcool est l’une des causes de handicap mental chez le futur bébé.

L’alcool consommé par la femme enceinte passe à travers le placenta pour toucher directement le fœtus, du sang maternel vers le sang du fœtus. Le placenta ne pouvant pas le retenir, il est absorbé par le fœtus.

Tous les types d’alcool sont à bannir quand on est enceinte : vin, champagne, whisky, bière, dolo, boissons alcolisées etc.
Le cerveau du fœtus se développant tout au long de la grossesse, aucune quantité d’alcool ne doit être tolérée, parceque les conséquences sont irréversibles.

L’alcool peut provoquer une fausse couche ou un bébé mort-né et si l’enfant arrivait à survivre, les anomalies peuvent être physiques, mentales ou dans le comportement. C’est le cas d’un bébé né prématuré, d’un bébé de faible poids à la naissance, d’un enfant qui a un problème d’apprentissage, de mémoire, de raisonnement, une croissance lente, des déficiences congénitales, des malformations au niveau du cœur, des reins, des yeux, des oreilles etc.

Les manifestations du Syndrome d’Alcoolisation Fœtale sont imprévisibles chez le petit patient. Il est difficile de prévoir l’incidence de l’alcool chez l’enfant. Mieux vaut l’éviter tout simplement !

Plus la quantité d’alcool consommée par la mère est grande, plus les dommages sont grands pour le fœtus.

A la naissance, un enfant souffrant du Syndrome d’Alcoolisation Fœtale est vite identifié de par son physique : petite taille, rétrécissement des fentes palpébrales, un petit menton, un visage aplati etc. Certains symptômes apparaîtront au fur et à mesure que l’enfant grandit.

D’une manière générale, les femmes sont plus exposées à une consommation excessive de l’alcool. Les dommages corporels sont plus visibles chez les femmes et elles luttent plus difficilement contre la dépendance de l’alcool.

Outre la dépendance, l’alcool crée chez la femme l’angoisse et la dépression. On imagine alors facilement ce qui peut se produire si une telle femme se retrouve en situation de grossesse. Les conséquences sont énormes.

Conseils

-Une femme qui a bu de l’alcool avant de savoir qu’elle est enceinte doit en parler à son médecin.

– Si une femme enceinte n’arrive pas à abandonner l’alcool, elle doit le signifier au médecin et demander un accompagnement.

– Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale est incurable. Il n’y a aucun traitement pour corriger les troubles cérébraux de l’enfant liés à la consommation de l’alcool par la mère. Le meilleur des traitements est la prévention. Zéro alcool quand on est enceinte !

– Pendant l’allaitement, l’alcool est déconseillé. Il peut nuire à la production du lait et diminuer la quantité de lait bu par le bébé. La consommation d’alcool peut aussi affecter le sommeil et le développement moteur du nourrisson. Les bienfaits de l’allaitement sont supérieurs à toute autre substance.

– Nous devons renforcer l’information et la sensibilisation sur le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale et intervenir auprès des femmes enceintes.

– La méconnaissance des incidences de l’alcool sur le fœtus est un grand facteur de risque qui entrave le bien-être de l’enfant et l’épanouissement de la mère !

Pr Charlemagne Ouédraogo 
Gynécologue Obstétricien 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

neuf − sept =