Portrait : Dr Carine Bagré, première femme onco-chirurgienne au Burkina

Elle est la première femme onco-chirurgienne parmi les sept (07) que compte le Burkina Faso. C’est sa volonté volonté de soulager les femmes qui sont touchées par ce fléau qu’est le cancer qui a motivé Dr Carine Bagré, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, à choisir cette branche qu’est l’oncologie. Marquée par un de ses maître, Pr Ag Nayi Zongo, elle s’est donc rendue à Dakar au Sénégal à l’Université Cheick Anta Diop après ses études médicales à l’Université de Ouagadougou en 2014, pour se spécialiser en oncologie chirurgicale pendant 5 ans. De retour au Burkina en 2019, elle intègre la fonction publique où elle a été affectée au CHU de Tengandogo depuis le mois de janvier 2021. Elle nous raconte son histoire.

Etre femme dans ce métier, foi de Dr Carine Bagré, est un atout. « Etant femme et rencontrant beaucoup de femmes atteintes de cancer, c’est un moyen pour moi d’apporter ma petite touche de féminité », a-t-elle confié.

Dans sa position de première et seule femme chirurgienne oncologue chirurgienne au Burkina Faso, pour le moment, Dr Bagré a affirmé qu’elle entretient de bonnes relations de travail avec ses collègues de sexe masculin. « Je n’ai pas encore senti de différence liée au fait que je sois une femme dans l’exercice de tous les jours ou dans la collaboration avec mes collègues. Nous travaillons en toute confraternité ».

Des difficultés, elle en rencontre au quotidien, mais c’est surtout lié au manque de moyens parce que selon elle, beaucoup de malades qui ont le cancer se retrouvent devant une prise en charge qui est financièrement lourde avec un impact socio-économique non négligeable. Ce qui peut avoir un retentissement sur le délai d’exécution des traitements et le fait de pouvoir honorer certaines ordonnances.

A ce propos, elle s’est rappelée d’un cas qui l’a beaucoup marqué. « Il s’agit d’une patiente qui a préféré ne pas se soigner parce que le traitement coûtait énormément et qui a préféré garder son argent pour ses enfants. Cela m’a marqué et m’a rappelé à quel point il vaut mieux prévenir le cancer que de le guérir et s’y prendre à temps ».

Elle a donc exhorté toutes les femmes à se dépister et même les hommes et à adopter un mode de vie saint.

Au regard de l’insuffisance du nombre d’oncologues chirurgicaux, à savoir sept cancérologues chirurgiens pour tout le Burkina, la spécialiste du diagnostic et du traitement des cancers au moyen de la chirurgie a reconnu que la charge de travail est énorme. Mais, argue-t-elle « cela ne m’empêche pas d’avoir une vie de famille à part entière et une vie professionnelle ».

Son secret de réussite, « avoir foi en soi, se fixer des objectifs, et se battre pour y arriver ».

Madina Belemviré

One thought on “Portrait : Dr Carine Bagré, première femme onco-chirurgienne au Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 10 =