Placenta praevia: quand la malposition du placenta devient une complication de grossesse!

Porter une grossesse jusqu’à terme n’est pas sans risques pour la mère et le fœtus. Des complications sont liées à la grossesse comme le placenta praevia, une anomalie d’insertion du placenta. Le placenta n’est pas à la bonne place, il est localisé trop bas dans l’utérus. Devant une telle situation, bébé et maman courent de grands risques!

Le placenta est le seul moyen d’échange entre la mère et le foetus. Il joue un rôle essentiel dans le bon développement de la grossesse et du fœtus.

Le placenta sert à apporter des nutriments et de l’oxygène au bébé à partir de la mère. Il sert aussi à transporter les déchets et le dioxyde de carbone du fœtus vers la mère par le biais du cordon ombilical.

Habituellement, il est situé dans la partie supérieure de l’utérus pour donner suffisamment d’espace au fœtus pour bien grandir.

Jusqu’à la 18e semaine de grossesse, un grand nombre de placentas sont positionnés dans le bas de l’utérus. Cela ne pose pas de problème. Au fur et à mesure que la grossesse évolue, le placenta doit en principe migrer vers le haut, mais ce n’est pas toujours le cas. Si le placenta au lieu de se fixer en haut, s’insère plutôt dans la partie basse amincie de l’utérus gravide, on parle de placenta praevia. Il y a problème en ce moment !

Le placenta qui va s’insérer sur la partie inférieure de l’utérus peut couvrir le col de l’utérus. Le col de l’utérus étant la partie de l’utérus qui s’ouvre sur le vagin.

En recouvrant donc le col de l’utérus, il crée un obstacle en bouchant le passage. Une obstruction qui empêche l’accouchement par voie basse de façon normale.

Quels sont les différents types de placenta?

On a trois types de placenta praevia pendant la grossesse:

– le placenta praevia central où le placenta recouvre complètement l’ouverture interne du col de l’utérus.

– le placenta praevia latéral où le placenta s’insère sur la partie basse amincie de l’utérus gravide.

– le placenta praevia marginal où le placenta se trouve à la bordure de l’ouverture du col de l’utérus.

Le Placenta praevia nécessite un diagnostic au cours des consultations prénatales. Une échographie obstétricale montre bien la position du placenta.

Cette anomalie placentaire n’empêche pas la poursuite de la grossesse.

Quels sont les facteurs de risques ?

Les facteurs de risques du placenta praevia sont:

la multiparité, un âge de plus de 35 ans, des antécédents chirurgicaux comme la césarienne ou l’ablation de fibromes utérins, une grossesse conçue à l’aide de techniques de reproduction médicalement assistée, etc.

Cette malposition du placenta n’est pas héréditaire, n’est pas non plus une tendance familiale.

Comment il se manifeste ?

La principale manifestation est un saignement vaginal du rouge vif et indolore au cours du 3ème trimestre de la grossesse en général.

Il y a saignements parce qu’avec l’évolution de la grossesse, le placenta se détache des parois de l’utérus. Les parois utérines deviennent petites et s’étirent pour faire de la place au fœtus. S’il s’agit d’un cas de placenta praevia, le placenta étant bas inséré sur la paroi de l’utérus, cet amincissement le pousse à s’étirer et à se détacher de la paroi utérine et le saignement survient.

Quelles sont les omplications?

Les saignements peuvent provoquer une hémorragie sévère avant ou pendant l’accouchement. On a un ralentissement de la croissance du fœtus à cause de l’approvisionnement insuffisant en sang, une anémie fœtale, une détresse fœtale, un accouchement prématuré, fœtus mal positionné, une rupture prématurée des membranes, les vaisseaux sanguins peuvent empêcher le foetus de sortir par le col de l’utérus, l’état de choc ou la mort de la mère si le saignement est excessif, une infection et la formation de caillots de sang…

Comment se passe le traitement ?

Le traitement vise à minimiser les symptômes pour que la grossesse puisse atteindre un terme de viabilité du fœtus.

Une hospitalisation de la femme peut être nécessaire.

En cas de placenta praevia recouvrant, la césarienne est recommandée pour éviter des risques hémorragiques.

Pr Charlemagne Ouédraogo , Gynécologue Obstétricien 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre + dix-neuf =