Le Prolapsus génital ou la descente d’organes: Comment s’en rendre compte ?

Touchant généralement les femmes ménopausées, en raison de la perte d’élasticité des muscles et fibres qui soutiennent les organes, le prolapsus génital ou la descente des organes présente un inconfort pour la femme qui en souffre. Il affecte la vessie, l’urètre, l’utérus ou le rectum. La gravité du trouble peut entraîner de complications fâcheuses. Un tabou règne toujours autour de cette maladie, qui pourtant peut gâcher la vie de ces femmes !

Le Prolapsus ou la descente d’organes se caractérise chez la femme par le glissement vers le bas, dans le vagin d’un ou plusieurs organes pelviens, qui déforment la paroi vaginale jusqu’à s’extérioriser au-delà de la vulve. Ces organes peuvent être la vessie, l’urètre, le vagin, l’utérus ou le rectum. Le prolapsus est dû au relâchement ou à l’endommagement des ligaments ou muscles du plancher pelvien.

Comment il se manifeste ?

Le symptôme principal du prolapsus génital est la sensation d’une boule vaginale ou d’une pesanteur qui apparaît en position debout, appuyée par les efforts et qui disparaît en position allongée. La boule est palpable lors des toilettes et visible lorsqu’elle s’extériorise au-delà de l’orifice vulvaire. Les autres manifestations sont la douleur, les troubles urinaires notamment l’incontinence urinaire d’effort ou rectaux, des troubles sexuels, la constipation…

Quels sont les différents types de prolapsus?

Il y a principalement trois types de prolapsus génital :

– la cystocèle ou prolapsus de la vessie. Il est le plus fréquent. C’est la chute de la vessie dans le vagin, souvent associé à un prolapsus de l’urètre postérieur, justifiant les fuites urinaires à l’effort(toux, éclat de rire etc);

– l’hysterocèle ou le prolapsus de l’utérus. C’est la descente de l’utérus dans le vagin;

– la rectocèle, la descente du rectum dans le vagin. Un prolapsus rectal complet est la descente totale du rectum dans le canal anal.
Les différents types de prolapsus sont souvent associés.

Quels peuvent être les facteurs de risques ?

Les facteurs qui prédisposent au prolapsus génital :

– l’âge, à partir de 45 ans;
– la ménopause;
– plusieurs accouchements et difficiles;
– le surpoids/ obésité;
– les antécédents de chirurgie dans la région du bassin;
– l’exercice physique qui entraîne une grande sollicitation du bassin;
– l’héridité.

Quelles sont les complications?

Les complications sont liées à une extériorisation du prolapsus qui expose à des infections, des hémorragies, des ulcérations des organes visibles. Le prolapsus génital peut être gênant lors des rapports sexuels.

Une fois que le diagnostic est posé, plusieurs facteurs peuvent être pris en compte dans la prise en charge: l’âge, la gravité du trouble, les complications, le désir de grossesse. Le traitement peut être médicamenteux et/ou chirurgical selon les cas.

Peut-on Le prévenir ?

On peut prévenir le prolapsus en faisant attention au surpoids et à l’obésité, à la constipation.

Pendant l’accouchement, le prestataire doit oeuvrer à la protection des muscles du plancher pelvien et faire aussi attention au périnée.

#Pr_Charlemagne_Ouedraogo
#Gynecologue_Obstetricien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

16 − 14 =