Voyagez sans tracas : maîtrisez la diarrhée du voyageur avec les conseils d’une experte médicale

La diarrhée du voyageur peut sembler être une préoccupation mineure, mais pour les personnes vulnérables comme les nourrissons, les personnes âgées et celles souffrant de conditions médicales préexistantes, elle peut rapidement devenir une préoccupation sérieuse. Dr Lydie Marie Jeannette SIA, hépato-gastroentérologue, partage son expertise sur les complications potentielles, la différenciation des affections gastrointestinales et les mesures préventives pour les voyageurs.

Dr Lydie Sia Ouattara, hépato-gastroentérologue

Quelles sont les complications potentielles de la diarrhée du voyageur ? 

Bien que la diarrhée du voyageur soit généralement bénigne et spontanément résolutive en moins de 24 heures, en cas de diarrhée persistante, le risque majeur est la déshydratation accompagnée de perte d’ions qui peut nécessiter une hospitalisation.

Y a-t-il des groupes de personnes plus susceptibles de développer des complications liées à la diarrhée du voyageur, tels que les enfants, les personnes âgées, ou les personnes immunodéprimées ?

Les personnes atteintes d’une maladie chronique chez qui les conséquences d’une diarrhée du voyageur pourraient être graves (ex. : insuffisance rénale chronique, insuffisance cardiaque, diabète, maladie inflammatoire intestinale); les personnes immunodéprimées en raison d’une infection par le VIH en raison de la baisse de leur immunité, les âges extrêmes : nourrissons, personnes âgées.

Comment différenciez-vous la diarrhée du voyageur d’autres affections gastrointestinales chez les patients qui consultent après un voyage ?

La diarrhée du voyageur se distingue des autres diarrhées par :

-Le contexte : généralement pendant ou peu après un voyage,

-La durée : elle n’excède généralement pas 24h ;

-Les germes en cause sont les mêmes que pour toutes gastro-entérites infectieuses.

Que faire en cas de diarrhée pour un voyageur ?

La réhydratation est capitale. Le patient devra boire autant d’eau que possible afin d’éviter une déshydratation.

-Eviter pour les premiers jours, les aliments gras (qui ont tendance à retarder la vidange de l’estomac) et les sucres qui accélère le transit et favorisent la diarrhée.

-Au cas ou les symptômes perdurent plus de 24h ou si la diarrhée est intense, il faudra consulter un professionnel de santé pour la prise en charge.

Comment traitez-vous la diarrhée du voyageur dans votre pratique ?

Le traitement consiste en :

-Une réhydratation, qui dans la majorité des cas, est suffisante pour la guérison. Elle se fait avec les sels de réhydratation orale.

-En cas de diarrhée persistante, on pourra associer des antidiarrhéiques, des antibiotiques au besoin et en fonction des germes en cause.

Quelles recommandations de prévention donneriez-vous aux personnes voyageant dans des régions à risque ?

-La diarrhée du voyageur est en partie évitable par des mesures d’hygiène et des précautions alimentaires :

-Le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique,

-Les mesures de précautions à l’égard des aliments (bien laver et désinfecter les légumes, cuire les aliments),

-Les mesures de précautions à l’égard de l’eau et des boissons (s’assurer que l’eau de boisson est potable) ;

-Eviter d’avaler ou d’inhaler l’eau pendant les bains (plage, lac…)

Quels conseils spécifiques donneriez-vous aux voyageurs pour minimiser les risques de diarrhée lors de leurs déplacements ?

-Respecter autant que possible les mesures d’hygiène citées plus haut ;

-Prendre des précautions alimentaires ;

-Se munir de certains médicaments en autotraitement de la diarrhée du voyageur (anti-diarrhéiques par exemple) ;

-Prévenir la turista par certains vaccins (fièvre thyphoide, choléra, E.coli…)

Madina Belemviré

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 1 =