Campagne de sensibilisation et dépistage : La SOGOB s’engage pour la santé des femmes engagées au Burkina Faso

La Société des Gynécologues et Obstétriciens du Burkina (SOGOB) organise, du 29 au 30 mars 2024, une campagne de sensibilisation et de dépistage gratuit du cancer du col de l’utérus au profit des femmes militaires, paramilitaires, journalistes et blogueuses. Le lancement de cette campagne s’est tenue le vendredi 29 mars 2024 au sein du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Bogodogo et vise à toucher environ 500 femmes.

Dans le dessein de contribuer à leur manière à la lutte contre l’insécurité, la SOGOB a décidé d’organiser cette séance gratuite de dépistage du cancer du col de l’utérus au profit de ces femmes engagées aux côtés des hommes pour la libération du paix. Selon le Pr Charlemagne Ouédraogo, président de la SOGOB, le combat mené par ces femmes ainsi que leur engagement les poussent parfois à négliger leur propre santé, ce qui peut favoriser l’apparition de plusieurs maladies silencieuses mais graves, telles que le cancer du col de l’ utérus. En effet, le Pr Charlemagne Ouédraogo précise : « Le cancer du col est une maladie silencieuse qui évolue à bas bruit et sans symptômes sur près de 12 ans. Après ce temps, les premiers symptômes apparaissent et dès lors, le cancer est déjà installé. Ces premiers symptômes incluant notamment les troubles après les rapports sexuels ou toute manipulation de l’organe génital féminin, une situation extrêmement anormale nécessitant une consultation urgente« .

C’est pour cette raison que le dépistage revêt une importance capitale. En effet, une femme qui se soumet au dépistage sans présenter de symptômes est presque assurée de ne pas être atteinte d’un cancer. Au pire des cas, « elle pourrait présenter une lésion précancéreuse, pour laquelle le traitement est instantané. En moins de cinq minutes, elle peut être guérie et même reprendre normalement ses activités le même jour », souligne le Pr Charlemagne Ouédraogo.

Une méthode aussi efficace que le dépistage précoce et qui permet de lutter contre le cancer du col de l’utérus est la vaccination contre le HPV, qui représente dans 70% des cas le facteur de risque le plus important de ce type de cancer.

En effet, selon le Pr. Charlemagne Ouédraogo, cette « vaccination est disponible sur tout le territoire et dans les différentes structures de santé. Elle concerne les jeunes filles adolescentes à partir de 9 ans et leur permet d’éviter le fardeau que représente pour leurs mères le cancer du col et les graves lésions précancéreuses.« 

Pr Charlemagne Ouédraogo, Président de la SOGOB

En rappel, la campagne prendra fin demain avec une randonnée sportive au parc Bangr Weogo pour promouvoir la santé par la pratique du sport. Cependant, le dépistage se poursuivra. Les femmes qui n’ont pas pu se rendre à la campagne pour diverses raisons pourront toujours être reçues au CHU de Bogodogo, au service de consultation externe, pour bénéficier d’un dépistage du lundi au vendredi prochain.

Abdoul Rachid SOW

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq − 4 =