Dengue : Le changement climatique provoque des flambées (OMS)

Dans une note d’information datée du 5 avril 2023, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a alerté sur l’augmentation des cas de dengue, de zika et d’épidémies de chikungunya liées au changement climatique.

Le changement climatique augmente les cas de dengue. Photo : https://www.cdc.gov/dengue

 

Les chiffres divulgués par l’Organisation mondiale de la Santé sont très parlants et témoignent d’une augmentation spectaculaire des cas de dengue. Les cas signalés sont passés de 505 430 en 2000 à 5,2 millions en 2019. En 2022, la région américaine a rapporté 2,8 millions de cas et 1 280 décès.

Cette tendance à la hausse se poursuit en 2023, où, jusqu’à la fin du mois de mars, 441 898 cas et 119 décès ont été signalés. Un nombre élevé de cas ont été signalés au Soudan, avec 8 239 cas et 45 décès depuis juillet 2022.

« Le changement climatique a joué un rôle clé en facilitant la propagation des moustiques vecteurs », commente Dr Raman Velayudhan, Chef d’unité, Programme mondial de lutte contre les maladies tropicales négligées coordonnant l’initiative dengue et arbovirus.

Le rapport incrimine plusieurs facteurs de risque favorables à la transmission de la maladie, tels que l’augmentation de la circulation des personnes et des marchandises, l’urbanisation, les problèmes d’eau et d’assainissement, les fortes précipitations, l’augmentation de la température et même la rareté de l’eau.

« Plus la température augmente, plus le temps de développement du parasite dans le moustique devient court dans les limites de température raisonnable. Plus il fait froid, plus il met du temps pour atteindre le stade infectieux chez l’homme », a révélé le Dr Moussa Guelbéogo, entomologiste médical dans une interview accordée à Bulletin Santé

LISEZ NOTRE ENQUETE SUR COMMENT LE CLIMAT DONNE DES AILES AUX MOUSTIQUES 

Au Burkina Faso, selon le Dr Guelbéogo, 80% des cas de dengue sont retrouvés en zone urbaine. « Ces moustiques aiment se reproduire dans des récipients, alors que c’est en ville que nous aimons stocker de l’eau dans des barriques, des abreuvoirs, des pots de fleurs… », a-t-il souligné.

La plupart des personnes qui contractent la dengue ne présentent pas de symptômes, rappelle l’OMS. Mais pour ceux qui en ont, les symptômes les plus courants sont une forte fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des nausées et des éruptions cutanées. La plupart d’entre eux se rétablissent au bout d’une à deux semaines. Certaines personnes développent une dengue sévère et doivent être soignées à l’hôpital. Dans les cas les plus graves, la dengue peut être mortelle.

Pour réduire le risque de dengue, l’OMS invite les populations à éviter les piqûres de moustiques, surtout pendant la journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + seize =