Epilepsie: les crises répétées peuvent entraîner des dommages au cerveau (Pr Napon)

Maladie neurologique caractérisée par une excitation anormalement élevée des cellules du cerveau, l’épilepsie est un phénomène particulièrement violent, entraînant une mobilisation intense de tous les muscles du patient qui se retrouve physiquement fatigué. Dans nos contrées, au moins 10 burkinabè sur 1000 souffrent de cette maladie. Le Professeur Christian Napon, Chef de service de neurologie au CHU de Bogodogo et spécialiste en neurologie, partage son expertise sur cette pathologie qui impacte la vie de nombreuses personnes.

Pr Christian Napon, médecin neurologue

Les crises épileptiques sont des manifestations qui surviennent brusquement et peuvent prendre différentes formes. Selon le Pr Christian Napon, elles peuvent être motrices, se traduisant par des convulsions musculaires, sensitives, avec des sensations anormales telles que des visions, des hallucinations auditives ou des goûts particuliers dans la bouche. Les crises peuvent également être végétatives, entraînant des réponses physiologiques telles que la transpiration ou des fluctuations de tension, ou encore psychiques, se manifestant par des comportements brutaux semblables à de la folie. Pendant la crise, l’activité cérébrale est perturbée, et le patient peut être confus après son épisode. Des complications respiratoires peuvent également être observées, mettant en jeu le pronostic vital si les crises se répètent sans retour à la conscience.

L’épilepsie, soutient le spécialiste, peut avoir différentes origines. Les causes génétiques sont fréquentes, bien qu’elles ne soient pas toujours directement héritées. Des lésions cérébrales structurales, telles que des malformations congénitales ou des traumatismes crâniens, peuvent également déclencher des crises. De plus, des infections comme l’encéphalite dans le contexte du VIH ou de la Covid peuvent être des facteurs déclenchants.

Une fois que la crise a débuté, le neurologue a fait savoir qu’il n’est pas possible de l’arrêter. Cependant, il est important d’éviter que le patient ne se blesse en le protégeant contre tout ce qui pourrait lui causer des dommages. Après la crise, le mettre sur le côté est recommandé. L’utilisation de canules dans la bouche pour éviter que le patient ne se morde la langue est désormais déconseillée en raison des risques d’obstruction des voies respiratoires.

Quant à ses effets, le Pr Napon a indiqué que les crises épileptiques répétées peuvent entraîner des dommages au cerveau. Après une première crise, le patient peut être confus en raison de la souffrance cérébrale. Les retombées psychosociales telles que la stigmatisation, la marginalisation et le rejet peuvent également affecter la qualité de vie des personnes atteintes d’épilepsie.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − trois =