Arthrites : elles représentent 20% des pathologies rhumatologiques au Burkina Faso.

Définies comme une atteinte articulaire caractérisée par une douleur inflammatoire, c’est-à-dire une douleur ne cédant pas au repos, permanente ou avec recrudescences nocturnes, un gonflement, accompagnée ou non de modification de la couleur de la peau et de la température locale, les arthrites représentent 20% des pathologies rhumatologiques au Burkina Faso. Comment elles se manifestent ? Quels sont les traitements proposés ? Médecin rhumatologue au CHU de Bogodogo, assistant d’enseignement à l’Université Joseph Ki Zerbo, Dr Fulgence KABORE vous entretient sur le sujet.

Quelles sont les différentes formes d’arthrite ?

Les arthrites sont classées selon le nombre d’articulations touchées, la durée d’évolution et selon leurs causes.

Selon le nombre d’articulations touchées on distingue :
-  La monoarthrite : quand une seule articulation est concernées,
-  L’oligoarthrite : quand deux ou trois articulations sont concernées,
-  La polyarthrite : quand au moins quatre articulations sont concernées.


Selon la durée d’évolution, on distingue :
-  L’arthrite aiguë qui dure depuis moins d’un mois,
-  L’arthrite subaiguë qui dure entre un mois et trois mois,
-  L’arthrite chronique qui dure depuis au moins trois mois.


Selon l’étiologie : les causes des arthrites nombreuses et variées.


 Les symptômes de l’arthrite
Les arthrites se manifestent par une douleur spontanée, persistant au repos, associée plus ou moins à un gonflement, une rougeur, de la chaleur, une raideur avec un temps de dérouillage de plus de 30 minutes.


 Causes d’arthrite

-  L’arthrite d’origine infectieuse : quand les signes sont la conséquence de la présence et de la prolifération d’un organisme vivant au sein de l’articulation ;
-  L’arthrite d’origine métabolique : quand les signes sont la conséquence d’un trouble métabolique telle que la goutte,
-  L’arthrite auto-immune  : quand l’inflammation articulaire fait suite à une perturbation de notre propre système de défense avec production d’auto-anticorps comme c’est le cas dans la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux systémique,
-  L’arthrite réactionnelle  : elle fait suite à une infection mais sans la présence du germe en cause au sein de l’articulation.


 Diagnostic de l’arthrite


Le diagnostic est évoqué devant une articulation qui fait mal en dehors de tout effort, avec gonflement, changement de couleur et augmentation de la température locale. Il est étayé par la présence d’inflammation dans le corps à travers des examens sanguins non spécifiques tels que l’hémogramme, la mesure de la vitesse de sédimentation globulaire et l’augmentation de protéines spécifiques d’inflammation. Ce diagnostic est confirmé par la mise de germes causals ou l’élément spécifique d’arthrites non infectieuses comme l’acide urique dans l’articulation ou l’augmentation de certains auto-anticorps dans le sang.


 Traitements de l’arthrite
Le traitement de l’arthrite comporte plusieurs volets :
-  Le traitement symptomatique : il vise à soulager la douleur et faire disparaître les signes locaux tels le gonflement, les changements de couleur et de température.
-  Le traitement étiologique  : il a pour objectif d’éliminer la cause de l’arthrite ou d’obtenir une rémission quand une guérison définitive n’est pas possible.
-  Le traitement est aussi préventif  : pour les causes accessibles à la prévention comme l’infection, un accent particulier doit être mis sur la prévention de la contamination de l’articulation.


Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze + deux =