Briser l’obsession de ‘’Kikinette’’ pour une sexualité épanouie

Dans notre société moderne, le terme « Kikinette » est utilisé couramment pour désigner les petits pénis, contribuant ainsi à une culture de la honte et d’insécurité chez certains hommes. Selon certaines femmes, un homme doté d’un petit pénis ne peut pas pleinement satisfaire sa partenaire. Cette stigmatisation peut entraîner une perte de confiance en soi et des souffrances intérieures chez ces personnes concernées. 

Nadia Morand, sexologue clinicienne

Cependant, des voix expertes s’élèvent pour déconstruire ces idées préconçues. Le Dr Dieudonné Kambou, urologue andrologue, souligne que la plupart des hommes cherchant à augmenter la taille de leur pénis ont déjà une taille dans la moyenne. En effet, soutient-il, les études montrent que moins de 3% de la population masculine souffre d’un micropénis, défini comme un pénis en érection mesurant moins de 7 cm.

Pourtant, la sexologue clinicienne Nadia Morand souligne que la taille du pénis n’est pas essentiellement liée à la satisfaction du partenaire. Selon ses explications, les statistiques montrent que seulement 6% des femmes atteignent le plaisir par la seule pénétration. Pour la grande majorité, soit 94%, d’autres facteurs comme la connexion émotionnelle, l’écoute mutuelle et la capacité à s’adapter aux désirs de l’autre sont bien plus importants pour une satisfaction sexuelle épanouie. « La véritable clé du plaisir réside dans la connexion, l’écoute mutuelle et la capacité à s’adapter aux désirs de l’autre partenaire », a-t-elle assuré.

Lire notre article sur: le Sexe masculin, la taille n’est pas le facteur principal du plaisir

https://www.bulletinsante.net/sexe-masculin-la-taille-nest-pas-le-facteur-principal-du-plaisir/

La pression sociale autour de la performance sexuelle peut être néfaste pour la santé mentale et le bien-être des individus. Il est donc important pour elle, de dépasser ces normes restrictives et de se concentrer sur une approche plus ouverte et communicative de la sexualité. Ainsi, plutôt que de se focaliser sur des critères arbitraires de performance sexuelle, il est primordial de redéfinir la notion de plaisir et d’intimité, en explorant son propre corps et en encourageant une communication franche et respectueuse au sein du couple. « Il faut cultiver la confiance en soi et l’estime de soi, se concentrer sur le plaisir mutuel et oser communiquer ouvertement avec son partenaire sur ses désirs et ses préférences », recommande-t-elle.

La taille du pénis ne devrait pas dicter la valeur d’un individu ni la qualité de sa relation. Apprendre à s’accepter et à explorer son propre corps, tout en communiquant ouvertement avec son partenaire, sont les clés pour surmonter les pressions sociales et trouver le bonheur dans l’intimité.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 1 =