Contre l’hypertension, les douleurs articulaires, les nausées et bien d’autres maux : le gingembre !

Le gingembre fait baisser drastiquement le taux de sucre sanguin et le risque cardiaque. Ce domaine de la recherche est relativement nouveau, mais le gingembre pourrait avoir de fortes propriétés antidiabétiques.

Dans une étude (2015), deux grammes de poudre de gingembre par jour ont provoqué une baisse du taux de glycémie à jeun de 12 % chez les participants après douze semaines. Leur niveau de HbA1C (hémoglobine glyquée) a également baissé de 10 %, un marqueur important des niveaux de sucre sur le long terme. Il y avait aussi une réduction de 23 % de marqueurs de lipoprotéines oxydées et du ratio ApoB/Apoa-I. Il est très intéressant de bien comprendre ce qu’impliquent ces chiffres.

-Des baisses de 12 % et 10 % de la glycémie à jeun et de HbA1c peuvent suffire à atténuer de nombreux effets indésirables, très désagréables, du diabète de type 2, comme ceux négatifs sur la santé du cœur.

Le gingembre pour la digestion (et contre les indigestions chroniques):

Les indigestions chroniques (dyspepsie) se caractérisent par des douleurs chroniques et de l’inconfort dans la partie supérieure de l’estomac. Cela est causé par des problèmes de vidange, trop lente. Or, justement, il a été montré que le gingembre accélérait la vidange de l’estomac chez les personnes touchées par ce problème. Après avoir mangé une soupe, le gingembre a raccourci la durée de la vidange : de 16 à 12 minutes.

Dans une étude ayant porté sur 24 personnes, 1,2 gramme de poudre de gingembre avant un repas a eu pour effet d’accélérer la vidange de l’estomac de 50 %.

Contre les maladies dégénératives:

Le gingembre étant antioxydant et anti-inflammatoire, est un précieux allié contre le vieillissement cellulaire. Il protège donc les neurones contre les maladies nerveuses dégénératives : Parkinson, Alzheimer. Dans une étude auprès de soixante femmes d’âge moyen, il a été montré qu’un extrait de gingembre accroissait la vitesse de réaction et la mémoire.

Cet effet protecteur des cellules pourrait contribuer à prévenir le cancer. Toutefois, les études menées dans ce domaine (cancers du côlo, pancréas, sein, ovaires) n’ont révélé qu’une efficacité limitée.

Alors, voilà. Cela fait beaucoup de raisons de consommer du gingembre, sous toutes ses formes.

Comment cuisiner et déguster le gingembre ?

Le gingembre possède une saveur chaude et piquante. Il dégage de plus une odeur agréable. Il existe différents types de gingembre, selon les traitements qu’on lui fait subir. On parle de « gingembre gris » lorsqu’il a simplement séché à l’air. Si en revanche il est pelé, lavé, puis séché au soleil, on l’appelle « gingembre blanc » ou « gingembre décortiqué ». C’est le plus souvent cette dernière variété de gingembre qui est réduite en poudre.

Le gingembre est consommé frais. Frais, on l’utilise râpé ou haché dans les soupes, les plats de poisson, les plats sautés. L’infusion est l’une des meilleures façons de consommer du gingembre et de profiter de ses effets sur la santé et sur la digestion.

Nous recommandons donc de consommer cette boisson au gingembre le matin ou en fin de journée, tout ajoutant des plantes naturelles pour apporter du goût comme le citron. @DIETCONSULT@.

À votre santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + seize =