Insuffisance rénale : « Ne pas uriner lorsque vous avez le paludisme est un signe d’alerte » (Dr Traoré)

Le paludisme peut entraîner une insuffisance rénale et des complications de divers ordres. Quelles sont ces complications possibles ? Quels sont les signes à surveiller ? Pour obtenir des réponses à ces questions, le Bulletin Santé a interviewé le Dr Hassane Traoré, médecin néphrologue au CHU Yalgado Ouédraogo.

Dr Hassane Traoré, médecin néphrologue

Quelles peuvent être les complications ? 

Lorsqu’une personne souffre de paludisme et développe une insuffisance rénale, les complications peuvent prendre plusieurs formes.

– L’insuffisance rénale peut être peu grave, sans signes et même passer inaperçue.

– L’insuffisance rénale peut être diagnostiquée et évoluer favorablement de manière spontanée ou après une prise en charge simple (traitement anti palustre, hydratation …)

– Malheureusement certaines personnes peuvent développer une insuffisance rénale grave liée au paludisme, et nécessiter des traitements plus ou moins lourds pouvant aller jusqu’à la réalisation de séances d’hémodialyse pour leur sauver la vie.

Mais souvent malgré tout ça, l’issue peut être défavorable et aboutir au décès du patient. Décès non pas lié directement au paludisme mais à l’insuffisance rénale grave.

Les situations qui peuvent nécessiter des séances de dialyse peuvent inclure : un coma, des anomalies électrolytiques telles qu’une hyperkaliémie grave (excès de potassium dans le corps, potentiellement fatal pour le cœur), ou encore une acidose sévère (où le sang devient excessivement « acide »).

Il peut également arriver qu’au cours de l’insuffisance rénale, l’individu n’urine plus. Et si l’urine ne peut pas être éliminée, il y a un risque d’accumulation d’eau dans le corps. Ce qui peut littéralement inonder les poumons.

La dialyse peut constituer alors le seul traitement capable de résoudre ces désordres et maintenir le patient en vie. En ce moment, la dialyse remplace alors temporairement la fonction des reins en attendant qu’ils se rétablissent.

Quels sont les signes d’alerte ? 

Lorsque vous êtes atteint de paludisme, un signe alarmant qui peut indiquer un problème rénal est l’incapacité à uriner. C’est un symptôme qui attire l’attention. Malheureusement ce signe n’est pas toujours présent même en cas d’insuffisance rénale grave.

D’autres éléments qui peuvent être des signaux d’alarme comprennent une confusion, une perte de connaissance, des vomissements et des situations de déshydratation sévère.

Cependant, il ne faut pas toujours attendre ce stade avancé, parce que les signes spécifiques peuvent être rares. La meilleure démarche est d’éviter l’automédication et consulter un agent de santé qui peut rapidement identifier des signes, même mineurs, afin qu’une prise en charge adéquate soit faite.

Avez-vous des conseils pour la population ?

Consulter au plus tôt en cas de paludisme ou en cas d’aggravation de l’état au cours du traitement.

En cas de vomissements et de diarrhée, il est crucial de maintenir une hydratation correcte (en buvant régulièrement de l’eau) tout au long de la journée pour prévenir la déshydratation.

Eviter les traitements non homologués.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 10 =