L’Académie nationale des Sciences, des Arts et des Lettres va à la conquête de nouveaux partenaires 

L’Académie nationale des Sciences, des Arts et des Lettres (ANSAL-BF) a tenu ce mercredi 26 octobre 2022 à Ouagadougou, une rencontre d’informations et de concertations avec les Sociétés savantes et les Ordres des professionnels de la santé. Le but de cette rencontre est double. Présenter l’Académie et, œuvrer à conclure des partenariats avec les Sociétés savantes et les Ordres des professionnels de la santé. 

Créée en juin 2013, l’Académie nationale des sciences, des Arts et des Lettres œuvre dans la promotion du développement socio-économique du Burkina à travers les sciences, les sciences humaines, les arts et la culture.

Elle est composée de cinq collèges. Parmi ces collèges, il y a le collège Santé humaine et animale qui organise la rencontre. Selon le Pr Yé Diarra, la présente rencontre avec les sociétés savantes et l’ordre des professionnels de la santé poursuit deux grands objectifs.

Il s’agissait « de donner de plus amples informations sur l’Académie et de voir comment on peut collaborer avec ces structures qui regorgent beaucoup de spécialités et beaucoup d’experts et qui peuvent être très contributives pour le fonctionnement et le rayonnement l’Académie.»

L’Académie des Sciences, Arts et Lettres du Burkina intervient dans plusieurs secteurs d’activités à travers ses différents collèges. Elle regorge d’experts dans de nombreux domaines. « Ce sont des personnalités qui sont au sommet de leur carrière sur le plan de la recherche, sur le plan de la formation, et qui ont beaucoup partager. » a affirmé Pr Diarra.

C’est donc pour cette raison que l’Académie parrainée par la présidence du Faso, est assez consultée par cette dernière dans de nombreuses situations. A en croire le Pr Yé, l’Académie a fortement contribué dans la lutte contre la covid 19. Dès son arrivée au Burkina en 2022, elle s’est auto-saisie de l’affaire en réunissant des experts et en s’inspirant du vécu des pays déjà touchés afin de faire des suggestions aux autorités.

Il en a été de même quand la vaccination contre la covid a été introduite. Il faut aussi noter que l’académie n’est pas l’apanage des séries dites-scientifiques. « Nous couvrons les sciences naturelles ou encore l’agriculture. Nous avons été récemment saisi par rapport à des propositions dans le domaine de l’agriculture. Il s’agissait de voir ce que l’on peut faire pour améliorer les conditions alimentaires pour les personnes déplacées internes. Je crois que l’Académie a des experts dans de domaines. Mais on a toujours besoin d’autres bras valides, d’autres experts d’autres sociétés d’où la rencontre d’aujourd’hui« , a-t-elle dit.

Saluant la tenue de cette activité, Paco Sérémé, Président de l’Académie, a soutenu que le Burkina regorge de beaucoup d’autres compétences.

Et pour profiter de ces compétences, l’idéal serait de « fédérer tous nos savoirs pour contribuer au développement socio-économique du Burkina sur les grands enjeux de développement. Et vous savez que la santé est un enjeu crucial de développement. » a-t-il révélé.

Rachid Sow

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 5 =