Dengue : 80 % des cas sont enregistrés en zone urbaine (Dr Guelbéogo)

La dengue est l’infection virale la plus courante transmise des moustiques à l’homme. Elle est plus fréquente dans les climats tropicaux et subtropicaux. 

Parmi les facteurs favorisant la transmission de la maladie, on trouve l’augmentation des déplacements de personnes et de marchandises, l’urbanisation, les problèmes liés à l’eau et à l’assainissement. Ces éléments sont mis en lumière dans un rapport publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 5 avril 2023. Dans ce même rapport, les fortes précipitations, l’élévation des températures, et même la rareté de l’eau sont aussi incriminés.

De l’avis de Dr Moussa Guelbéogo, entomologiste médical, « plus la température augmente, plus le temps de développement du parasite au sein du moustique diminue dans des limites de température raisonnables. En revanche, plus il fait froid, plus ce développement prend du temps pour atteindre le stade infectieux pour l’homme. »

Au Burkina Faso, explique le spécialiste des insectes, 80 % des cas de dengue sont enregistrés en zone urbaine, principalement en raison de la création de conditions propices au développement des moustiques Aedes, vecteurs de la dengue. Il est important de noter que ces moustiques différents de ceux qui transmettent le paludisme, les anophèles. Les Aedes ont une préférence pour la ponte de leurs œufs dans des récipients, tandis qu’en ville, « nous avons tendance à stocker de l’eau dans des barriques, des abreuvoirs et des pots de fleurs, créant ainsi un environnement propice à leur reproduction. »

Lors d’une communication orale au Conseil relative à la situation épidémiologique de la dengue le 6 septembre, le ministre en charge de la Santé a fait savoir que son département a constaté une augmentation anormale des cas de dengue ces dernières semaines, essentiellement dans les régions des Hauts-Bassins et du Centre.

Le ministre Robert Lucien Jean-Claude KARGOUGOU a donc appellé à un renforcement de la communication, de la sensibilisation à l’endroit des populations pour qu’elles puissent observer des mesures individuelles et collectives de protection.

Madina BELEMVIRE 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + huit =