Insuffisance rénale : les enfants et les nourrissons ne sont pas épargnés

L’insuffisance rénale désigne l’incapacité du rein à assurer correctement ses fonctions nécessaires au maintien de la santé. De nos jours, de plus en plus d’enfants souffrent de cette maladie. Qu’est-ce qui peut bien expliquer cela ? Ayant fait un diplôme inter universitaire de néphrologie pédiatrique en 2016, Dr Hamidou, Savadogo pédiatre à l’hôpital pédiatrique Charles De Gaulle s’occupe des problèmes de reins chez les enfants. Il nous dit tout sur cette maladie qui touche aussi bien les enfants que les nourrissons.

Quelles sont les fonctions du rein?

– Epuration des déchets de l’organisme,
– Maintien de l’équilibre hydroélectrolytique, c’est-à-dire le maintien de l’équilibre de l’eau et des ions dans le sang ; ce qui permet aussi la régulation de la pression artérielle ;
– Production d’hormones qui permettent entre autres la fabrication du sang.

De plus en plus d’enfants souffrent de cette maladie, qu’est-ce qui explique cela ?

C’est dû à la diversité des causes d’insuffisance rénale chez l’enfant. La plupart des maladies infantiles peuvent aboutir à une insuffisance rénale.

– Un enfant qui fait la diarrhée, qui vomit, peut rapidement être déshydraté et ça peut conduire à une insuffisance rénale fonctionnelle. Si l’insuffisance rénale fonctionnelle n’est pas prise en charge, elle peut s’aggraver et donner une insuffisance organique ;

– Le paludisme chez l’enfant peut conduire à une insuffisance rénale ;

– Les malformations des reins, des voies urinaires… C’est pour cela qu’on a de plus en plus d’enfants qui souffrent de cette maladie.

Est-ce que le nouveau-né est concerné ?

Oui, il peut tout comme les enfants plus grands développer une insuffisance rénale. Mais l’insuffisance rénale du nouveau-né survient souvent dans un contexte d’accouchement difficile avec baisse de la perfusion sanguine du rein. Dans ce contexte le rein souffre et ça peut donner lieu à une insuffisance rénale aiguë. Les causes malformatives, les infections néonatales peuvent aussi entrainer une insuffisance rénale chez le nouveau-né.

Avez-vous des statistiques ?

En 2018, nous avons mené une étude à Charles De Gaulle sur l’insuffisance rénale aiguë chez l’enfant ( en dehors du nouveau-né). On s’est rendu compte qu’elle représentait 3,9 % des enfants hospitalisés en pédiatrie. Ces enfants souffraient soit du paludisme, soit d’infections bactériennes ou virales etc.

Pour ce qui est de l’insuffisance rénale chronique, nous avons mené une étude sur 5 ans entre 2014 et 2018 dans trois hôpitaux que sont Charles De Gaulle, Yalgado et Tengandogo. Nous avons enregistré 64 cas qui ont été pris en charge en milieu pédiatrique. Dans ces 64 cas, plus de 80% des cas nécessitaient une dialyse, mais malheureusement il n’y a eu qu’un peu plus de 30% qui ont pu avoir accès à cette dialyse.

Mais il faut noter que les 64 cas représentaient les cas qui ont été diagnostiqués, sinon il y en a beaucoup plus parce que tous n’arrivent pas à l’hôpital. Dans cette étude, l’enfant le plus jeune avait 2 ans.

Avez-vous enregistré des cas de décès ?

Dans l’étude sur l’insuffisance rénale aiguë, le taux de mortalité était de 13,5% et 10,9% dans l’étude sur l’insuffisance rénale chronique.

Comment elle se manifeste?

Les signes de l’insuffisance rénale aiguë se combinent aux signes de la maladie causale, tels:

-la fièvre, les vomissements, la diarrhée ;

– Une oligurie c’est-à-dire une baisse de la quantité d’urine émise par l’enfant ;
– Des œdèmes parce que les liquides ne sont pas évacués ;
– Une hypertension artérielle (HTA).

Pour ce qui est de l’insuffisance chronique :

– On peut avoir une augmentation de la diurèse (quantité des urines émises) au tout début.
– Au stade sévère : une anémie, une anorexie, une fatigue, des œdèmes, une hypertension artérielle (HTA) ;
– Mais très souvent elle évolue sans aucun signe pendant longtemps. Quelque fois quand les signes apparaissent, c’est déjà trop tard. D’où l’intérêt de faire un bilan sanguin régulièrement, une fois par an. Il y a beaucoup d’enfants chez qui on a découvert une insuffisance rénale chronique au stade tardif.

Madina Belemviré 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

11 − 4 =