Santé sexuelle : Chaque jour, plus d’un million de personnes contracte une IST

Les voies génitales ont la particularité d’être en contact avec le milieu extérieur et sont le siège d’une flore saprophyte tenue en respect par un écosystème performant et grâce à l’intégrité de son revêtement. Le caractère intime de la région est à l’origine d’auto-médications fréquentes et souvent préalables à des consultations retardées avec possibilité de complications. Dr Josiane OUEDRAOGO, gynécologue obstétricienne, experte en santé sexuelle et reproductive de formation et Présidente de l’association GENIT CARE AFRICA, aborde ici la physiopathologie, l’ampleur du problème et les principaux symptômes dus aux IST. Pour la spécialiste de la question, l’agression par des micro-organismes pathogènes va générer des réactions spécifiques inflammatoires qui se traduiront le plus souvent par des lésions visibles et des phénomènes douloureux. La démarche diagnostique devra donc faire une large part à l’écoute et à l’observation.

 Qu’est-ce qu’une IST ?

Les infections sexuellement transmissibles ou IST, constituent un groupe d’infections qui peuvent toutes se communiquer au cours d’un contact sexuel.
Il n’est pas nécessaire d’avoir des rapports sexuels pour contracter les infections transmissibles sexuellement, mais elles se propagent le plus couramment par le biais de l’activité sexuelle.


 Quelles sont les modes de transmission ?

Même si les IST surviennent habituellement après des rapports sexuels vaginaux, oraux ou rectaux avec des partenaires infectés, la pénétration génitale n’est pas nécessaire pour disséminer l’infection. Le souci d’étiqueter précisément l’origine de l’ST doit être constant (agent spécifique ou non). Les IST traduisent toujours une rupture de l’équilibre de l’écosystème qu’il soit dû à une altération du revêtement, une diminution de l’immunité générale, une carence oestrogénique, des habitudes inadaptées, ou à une irruption d’un nombre important de germes ou de germes à effet particulièrement pathogène.
Certaines IST peuvent être transmises par d’autres voies, notamment :

• Un contact physique rapproché, (contact de pubis pour les infestations par les poux) ou les baisers
• De la mère à l’enfant avant la naissance ou au moment de l’accouchement (syphilis, herpes, gonococcie HPV…)
• L’allaitement, pour l’infection par le VIH
• Les instruments médicaux contaminés, pour l’infection par le VIH


 Quels sont les différents types d’IST ?
Les maladies sexuellement transmissibles peuvent être d’origine bactérienne (type bactérien), mais également de type viral, de type parasitaire ou de type mycosique (champignons).
 Chez les femmes, certains micro-organismes peuvent pénétrer dans le vagin et atteindre le col de l’utérus, puis l’utérus, les trompes de Fallope, les ovaires,

 Chez les hommes, les micro-organismes qui pénètrent dans l’organisme au niveau du pénis peuvent infecter le tube qui véhicule les urines de la vessie jusqu’au pénis (l’urètre), l’infection chronique de l’urètre pouvant entraîner Resserrement du prépuce, de sorte qu’il ne peut plus recouvrir l’extrémité du pénis ; Rétrécissement de l’urètre, bloquant le passage des urines ; Développement d’une fistule (canal anormal) entre l’urètre et la peau du pénis. Il peuvent remonter dans le tube qui véhicule le sperme pour infecter l’épididyme (tube replié sur lui-même situé au-dessus de chaque testicule).

 Types Bactérien
-  Maladies : Chancre mou, urétrite et cervicite à Chlamydia, Gonorrhée, Granulome inguinal, Bactérien, Lymphogranulome vénérien, Syphilis


 Type Viral
-  Maladies : Herpès génital à herpès simplex, Verrues génitales (dues au papillomavirus humain), Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou SIDA, Molluscum contagiosum (due à un poxvirus)


 Type Parasitaire
-  Maladie : Trichomonas


 Type Arthropode : Infestation pubienne par les poux, Gale (due à un acarien qui creuse des galeries)


 Quels sont les plus fréquents ?
Les types bactériens sont les plus fréquents.


 Avez-vous des statistiques ?
Certaines IST sont très fréquentes et constituent un problème de Santé Publique. Chaque jour plus d’un million de personnes contractent une IST.
 Chaque année 300 000 000 de personnes contractent une des 4 principales IST .
 À Neisseria gonorrhoeae
 À Chlamydia trachomatis
 À Trichomonas vaginalis
 À Treponema pallidum

 Plus de 290 000 000 de femmes souffrent d’une infection a papilloma virus humain (virus pouvant induire le cancer du col de l’utérus).
 Les infections néo-natales que certaines IST causent sont également un problème de santé publique pour le nouveau ne (risque de séquelles néonatales, neurologiques et pulmonaires).


 Comment se manifeste les IST chez la femme et chez l’homme ?

De nombreuses personnes atteintes d’IST peuvent ne présenter aucun symptôme évident. Il peut donc se passer du temps avant qu’elles ne cherchent à obtenir des soins, ce qui augmente les risques de problèmes de santé ou de complications liés aux IST ainsi que la possibilité de propager l’IST aux partenaires.
De nombreux symptômes peuvent évoquer une IST, bien que chaque infection ait des symptômes spécifiques :


• des démangeaisons dans la région génitale ou anale ;
• une douleur pelvienne non associée aux menstruations ;
• des douleurs pendant les rapports sexuels ;
• un écoulement du pénis ou du rectum ;
• un écoulement vaginal supérieur à la normale ;
• des émissions douloureuses d’urine ou plus fréquentes ;
• de la fièvre, des maux de tête, une sensation de malaise général ;
• un gonflement au niveau de l’aine ;
• des plaies ou des éruptions sur les régions génitales ou anales, et parfois aussi dans la bouche.


Madina Belemviré

 

ANNEXE IST EN IMAGE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 1 =