Épidémie de choléra en Zambie : Plus de 350 décès enregistrés malgré les efforts déployés

Selon les informations relayées par le site Africanews, la Zambie fait face à une crise majeure de l’épidémie de choléra, avec un bilan déplorant 351 décès et près de 9 000 cas actifs à travers le pays, malgré les mesures annoncées par les autorités pour renforcer la campagne sanitaire fin décembre 2023.

Le choléra, une maladie diarrhéique aiguë causée par la bactérie Vibrio cholerae, se propage rapidement en raison de son caractère hautement contagieux, souvent associé à une mauvaise hygiène, d’où son surnom de maladie des « mains sales ».

Le Dr Mikaïla Kaboré, médecin infectiologue, souligne que la transmission du choléra peut se faire par la consommation d’eau ou d’aliments contaminés par la bactérie, ainsi que par des liquides biologiques du malade tels que les vomissures et les selles. Les symptômes varient de légers à sévères, avec une diarrhée soudaine, des vomissements, des maux de ventre, et dans les cas graves, une déshydratation sévère pouvant entraîner un état de choc.

Dr Mikaïla Kaboré, médecin infectiologue

Les mesures de prévention, à la fois collectives et individuelles, sont cruciales pour contenir la propagation du choléra. Collectivement, il est essentiel de prendre en charge les malades dans des centres de santé, sensibiliser les communautés touchées, assurer un approvisionnement en eau potable, et promouvoir l’hygiène, notamment en évitant l’utilisation d’engrais humains non recyclés et en construisant des toilettes adéquates.

Au niveau individuel, les recommandations incluent le lavage fréquent des mains à l’eau propre et au savon, le nettoyage rigoureux des fruits et légumes avant la consommation, et l’utilisation de méthodes de purification de l’eau, comme la cuisson et l’ajout de chlore. Le Dr Kaboré insiste sur l’élimination hygiénique des matières fécales des enfants pour éviter la contamination de l’eau et des aliments.

Ces mesures, bien que spécifiques au choléra, restent également pertinentes pour prévenir d’autres maladies transmissibles liées à une mauvaise hygiène alimentaire et au péril fécal. La situation en Zambie souligne l’importance de l’éducation et de l’adoption de pratiques hygiéniques pour protéger la santé publique dans le contexte de cette épidémie.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + onze =